06 septembre 2007

Fin de partie pour les billets d'avion papier

L' IATA (International Air Transport Association), organisation qui regroupe les 240 plus grandes compagnies aériennes mondiales et près de 94% du trafic mondial, vient d'annoncer dans un communiqué de presse avoir effectué sa dernière commande de billets d'avion papier.

Cette achat concerne 16,5 millions de billets et devrait permettre de couvrir les besoins du marché jusqu'au 31 mai 2008, date à laquelle la totalité des billets émis par les compagnies membres devraient être électroniques.

84% des billets émis par les membres de l'organisation le sont aujourd'hui sous forme électronique.

L'élimination totale des billets papier devrait permettre de sauver près de 50 000 arbres par an et d'économiser près de 7 euros par billet émis.


6 commentaires:

Chrisos a dit…

7€ d'économie pour les compagnies aériennes, mais surement pas pour les passagers (cf. frais de service etc.)!

Flav a dit…

Voilà une bonne nouvelle ! Pas tellement pour les 7 euros, comme le dit chrisos on ne sentira pas la différence à l'achat des billets... Mais éviter un tel gaspillage inutile de papier est une initiative qu'on ne peut que saluer.

bruno a dit…

En plus, l'e-ticket, c'est bien plus pratique.

Chrisos, je suis d'accord avec toi : les clients ne profiteront certainement pas des économies ainsi réalisées.

Enfin, si cela profite à la planète, ne boudons pas notre plaisir.

Ghismo a dit…

50000 arbres qui cachent la forêt ! :)

Le transport aérien n'est pas connu pour être parmi les moins polluants...

KePh a dit…

En général, le client l'imprime son billet électronique non ? et en plus, il reçoit toujours un billet au moment de l'embarquement, ce me semble...

Donc je suis plus que sceptique sur la véracité de l'économie et de l'impact écologique de cette mesure...

bruno a dit…

@keph : le cleint n'est en rien obligé d'imprimer sa confirmation de réservation.
Il ne le fait que parce que cela le rassure.
De plus, même s'il le fait, cela représentera toujours moins de papier qu'un billet d'avion papier.

Par ailleurs, on ne reçoit qu'une carte d'embarquement au moment de l'enregistrement.

Les compagnies travaillent à la dématérialiser.